Skip to main content

Parc actuellement fermé. Rendez-vous dès le 9 avril 2022 !

Menu
Tickets
Château de Chambord

Château de Chambord

Monument Coup de coeur Stéphane Bern

« C'est un paysage culturel exceptionnel le long d'un fleuve, qui témoigne des interactions entre les hommes et leur environnement depuis 2000 ans d'histoire. Il est remarquable pour la qualité de son patrimoine architectural, ses villes historiques et pour ses châteaux de renommée mondiale. Ce paysage illustre également l'influence des idéaux de la renaissance et du siècle des lumières sur la pensée et la création en Europe occidentale. » Voici comment l'UNESCO définit le Val de Loire. 

Amboise, Blois, Chambord, Chenonceau, Azay-le-rideau : tous ces châteaux voient les rois s'installer au bord de la Loire. François 1er a 25 ans quand il choisit de montrer ici sa différence et sa puissance : en 1519 débute la construction d'un château colossal mais très inconfortable, où il ne passera que quelques dizaines de nuits. Grandeur et démesure caractérisent la construction d'influences française et italienne. Sans antichambre, c'est un château loin des protocoles, où le roi reçoit les femmes de sa vie : son épouse la reine Claude de France, mais aussi sa maitresse Anne de Pisseleu la duchesse d'Etampes. S'y présente aussi la jeune Catherine de Médicis qu'il promet en mariage à son fils cadet le duc Henri d'Orléans… François 1er écrira d'ailleurs sur la vitre d'une fenêtre du château « Souvent femme varie, bien fol est qui s'y fit » 

Dans une toute autre mesure, et non loin de là, se dresse le château de Chenonceau. Façonné, aimé et protégé par des femmes, le « château des Dames » est une demeure royale unique où le sang n'a jamais coulé. C'est à la mort de son mari bien aimé Henri II, que Catherine de Médicis triomphe enfin, et bannit de la cour sa rivale Diane de Poitiers en lui prenant le château de Chenonceau, que le roi avait d'abord offert à sa favorite. Alors que se déchaînent les guerres de Religion, Catherine se lance dans de grands travaux et transforme Chenonceau en un véritable temple des plaisirs pour distraire du pouvoir ses trois fils rois. Préservé des violences qui déchirent la France, le château sera l'écrin de fêtes somptueuses et libertines, d'intrigues politiques inouïes, et le symbole de la construction d'une unité du royaume entre catholiques et protestants. Catherine de Médicis ira même jusqu'à marier sa fille Marguerite de Valois, catholique, avec le protestant Henri de Navarre, autrement connu plus tard sous le nom d'Henry IV…